Cacaoyer

HISTOIRE DE L'ASSOCIATION

 

L'association TRÉSOR DE NATURE est née en 2001 à Marseille suite à de nombreux voyages et expériences humanitaires réalisés par la présidente Caroline Nicoleau. En effet, avant sa création, elle a traversé l'océan Pacifique sur le Vega pour  manifester avec Greenpeace en 1995 contre les essaies nucléaires en Polynésie Française (Mururoa).


Puis, passionnée par l'Amérique du sud, elle a donné naissance à son fils en Équateur à Vilcabamba. Les ressources naturelles de la région devenant une préoccupation pour les générations à venir, elle propose aux habitants de reboiser en système agroforestier pour développer une économie locale tout en préservant l'écosystème, préserver l'eau des rivières, éduquer les enfants à replanter et à gérer leurs ressources de manière durable. Elle lance alors le projet de reconstitution des sols de Vilcabamba.

 

Son projet est soutenu par l'association "LA JUNTA GENERAL DE USUARIOS DEL SISTEMA DE RIEGO VILCABAMBA" représentant les terres des villageois de Vilcabamba et par PREDESUR une antenne du Ministère de l’Agriculture Équatorienne. Le projet a été validé en partie, trois variétés d'arbres ont été mises à disposition par le Ministère de l'agriculture équatorienne. Ce fut une véritable opportunité pour les habitants qui ont profité de cette opération pour reconstituer et valoriser les sols de leurs terres.
Dès son retour en France Caroline a créé l'association "TRESOR DE NATURE" qui restera en sommeil pendant plusieurs années.

Depuis 2015, l'association se mobilise à nouveau. Elle mène des actions de restauration de biodiersité dans la région Sud où les feux de forêts ne cessent de prendre de l'ampleur et expérimente une plantation agroforestière de cacaoyers à Puerto Misahualli en Equateur pour participer à la préservation de l’Amazonie qui est actuellement en grand danger.

P8062988 1

Nos objectifs

L'association dont son siège se situe à La Ciotat a pour objet de :

  • Protéger et préserver les forêts dans le monde pour la conservation de la biodiversité végétale et animale, de l’eau, de l’air et des sols
  • Développer une activité locale et solidaire en agroforesterie, en permaculture et en agroécologie afin de permettre à l’être humain d’adapter sa culture à la nature sans la détruire et d’une manière durable
  • Former et sensibiliser la population locale aux techniques d’agroforesterie, de reconstitution des sols, de reboisement.
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre, 20% de ces émissions provient de la déforestation
  • Agir contre le réchauffement climatique

 

Date de dernière mise à jour : 20/09/2019